Page:Lassus, Viollet-le-Duc - Projet de restauration de Notre-Dame de Paris.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

allons passer rapidement sur tous ces actes de vandalisme que notre époque veut enfin réparer.

En 1507, le parlement ordonna que la rue qui conduit du pont Notre-Dame au Petit-Pont, serait remblayée jusqu’à dix pieds de hauteur, attendu qu’il fallait trop descendre pour arriver à Notre-Dame, et trop monter pour y entrer[1]. Ainsi furent enterrées les 13 marches qui précédaient les portes de la façade occidentale. Peu après, le sol du parvis finit par atteindre celui de l’église, et même par le dépasser. En 1699, l’exécution par Louis XIV du vœu de Louis XIII, fit détruire les bas-reliefs du rond-point, l’ancien maître-autel, les stalles en boiseries du XIVe siècle, le dais de la châsse Saint-Marcel et l’autel des ardens. Cette charmante décoration, dont quelques rares dessins, tapisseries et gravures nous ont laissé l’aspect, fut remplacée par la lourde architecture qui nous cache les belles colonnes du chœur. En 1725, le cardinal de Noailles fit refaire intérieurement la rose, une partie du pignon et les clochetons du côté du midi, en modifiant tous les profils et ornemens.

Ce prélat, plein d’un zèle fatal au monument, fit abattre les saillies et gargouilles qui ornaient les contreforts, et qui servaient à jeter les eaux pluviales ; il les fit remplacer par des tuyaux en plomb.

L’ancien jubé, dont l’ensemble est indiqué dans une gravure de Viator et quelques fragmens dans un dessin curieux[2], fut détruit par le cardinal de Noailles, qui le fit remplacer par une lourde décoration dont la révolution de 1789 a fait justice. C’est à cette époque que l’église fut badigeonnée pour la première fois ! Cet archevêque de Paris, nous devons lui rendre cette justice, ne borna pas ses soins à embellir, suivant le goût de son époque, l’église de Notre-Dame. En 1726, il fit refaire toute la couverture en plomb[3], quelques parties de la grande char-

  1. Sauval. — Histoire des Antiquités de Paris, t. I.
  2. Bib. royale. Estampes. — Topographie, et Artifices de la perspective, de Viator, trad. Pellegrin.
  3. Poids total du plomb : 220,240 livres.