Page:Lassus, Viollet-le-Duc - Projet de restauration de Notre-Dame de Paris.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

de la porte centrale, les huit figures de la porte de la Vierge, et les huit statues romanes de celle sainte Anne.

Dans les quatre niches des éperons nous replaçons saint Denis, la religion juive, la religion chrétienne et saint Étienne[1], et sur les piédestaux vides de la galerie de la Vierge, la belle statue qui lui avait valu ce nom, puis les anges qui l’accompagnaient, ainsi que les deux statues d’Adam et d’Ève entre les contreforts des tours.

Nous avons remplacé les abat-sons hideux qui viennent aujourd’hui ronger les faisceaux de colonnes des grandes fenêtres des tours par un système analogue, qui, tout en préservant le beffroi, laisserait voir les grandes proportions des fenêtres, et ne nuirait plus à l’ancienne construction extérieure.

Si de la façade occidentale nous passons aux façades latérales, des dégradations plus importantes encore dénaturent presque complètement l’aspect du monument ; nous avons eu à rétablir les murs des chapelles de la nef, avec leur ancienne décoration de pignons, niches,

  1. (Corrozet). — Le dessin, appartenant à M. Dépaulis, indique d’une manière positive, sur l’éperon du côté de l’Hôtel-Dieu, une statue d’évêque ; sur ceux qui viennent ensuite, la Religion juive, puis la Religion chrétienne, et enfin, sur le dernier, une figure drapée et nimbée.

    (Curiosités de Paris, par M. C. P. G.). — Sur les quatre grands pilastres sont représentées, en grandes figures, deux Femmes couronnées, dont l’une représente la Religion ; l’autre, la Foi (la Religion chrétienne et la Religion juive) ; du côté de l’archevêché, saint Denis, et du côté du cloître saint Étienne.