Page:Lassus, Viollet-le-Duc - Projet de restauration de Notre-Dame de Paris.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

statues et gargouilles[1], les contreforts, à couronner des pinacles et statues qui les terminaient, ainsi que l’indiquaient les textes et surtout la trace de cette décoration qui existe encore sur place. En effet les contreforts ont conservé les supports de leurs gargouilles, et la corniche qui recevait les pinacles, comme le prouve d’une manière positive le texte de Corrozet que nous donnons en note[2]. Aux deux extrémités du transcept, des travaux importans de restauration sont commandés par le mauvais état des constructions. Les deux grandes roses, surtout celle du nord, tombent en ruine, et celle du midi, quoique refaite par le cardinal de Noailles, exigera bientôt une reconstruction complète.

La restauration de ces roses, ornées de si beaux vitraux, demande un examen approfondi de leur construction, vicieuse dès l’origine, et à laquelle il deviendra nécessaire d’apporter des modifications. Peut-être pourrait-on, sans changer leurs profils intérieurs et extérieurs, leur donner une solidité beaucoup plus grande en augmentant leur épaisseur. La rosace supérieure et les deux clochetons du pignon septentrional sont dans le plus triste état ; le caractère de ces parties importantes de l’édifice est tellement dénaturé, et leur solidité si précaire, que nous avons dû les restaurer presque entièrement, et cela avec d’autant moins de regret, que l’ornementation des deux portails a été gâtée et totalement changée. Les restaurations que nous proposons rendront à ces belles façades toute l’élégance qu’elles ont perdue.

  1. Plan de la ville de Paris, par Turgot.
    Côté du nord, près le portail du transcept, le support du premier pignon des chapelles de la nef existe : C’est une petite figure d’homme, accroupie. De ce côté, quelques crochets de l’ancienne corniche se voient encore dans la corniche neuve, refaite en 1812.
    (Voir le dessin : Détail d’une travée de la nef).
  2. Tout le comble est appuyé d’arcs-boutans, au bout desquels, en partie, sont des pyramides carrées et triangulaires, aux effigies de rois et autres personnages qui sont dedans et dessus. (Corrozet.)