Page:Lassus, Viollet-le-Duc - Projet de restauration de Notre-Dame de Paris.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

qui peuvent être moins bonnes qu’on ne le suppose, et pour retrouver les traces de peinture qui pourraient exister, ainsi qu’il est permis de l’espérer d’après les résultats obtenus par quelques essais partiels. Toutefois le mode d’exécution de ce travail nous paraît être de la plus grande importance. Il est évident que dans ce cas la brosse et l’éponge peuvent être seuls employées, et que le grattage doit être totalement exclu. Nous devons dire cependant qu’à moins que ce lavage ne nous donne la preuve positive d’un système général de peinture adopté autrefois à l’intérieur de Notre-Dame, nous ne pensons pas que ce parti doive être adopté. Jusque là nous n’avons admis la peinture que comme décoration des chapelles, ou de certaines parties de l’église.

Quant à la peinture sur verre, quoique dans notre devis nous lui ayons réservé un chapitre à part, nous croyons cependant que l’exécution de verrières peintes serait un des plus splendides moyens de décoration intérieure, rien ne pouvant égaler la richesse de ces peintures transparentes, complément indispensable des monumens de cette époque. Aussi parmi nos dessins en avons-nous donné un spécimen exécuté d’après les vitraux de la cathédrale de Bourges. Vous avez bien voulu, Monsieur le Ministre, nous communiquer une demande de Monseigneur l’archevêque, relativement à l’abaissement de la tribune de l’orgue. Nous sommes les premiers à reconnaître tous les inconvéniens de l’état actuel signalés par Monseigneur ; mais malheureusement cette tribune a été construite dès le treizième siècle dans le but de maintenir la poussée des arcs des galeries qui portent les deux énormes tours ; la destruction, ou même l’abaissement simple de cette tribune, pourrait donc présenter de grands dangers qu’il serait imprudent de provoquer. Quant à la question archéologique, elle a trop peu d’importance, relativement à celle que nous venons de donner, pour que nous en parlions.

Dans une restauration comme celle de Notre-Dame, il est impossible de ne pas chercher à mettre en harmonie avec l’architecture de l’édifice tous les objets accessoires, surtout lorsqu’ils ont une impor-