Page:Lassus, Viollet-le-Duc - Projet de restauration de Notre-Dame de Paris.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Nous comprenons la rigueur de ces principes, nous les acceptons complètement, mais seulement, lorsqu’il s’agira d’une ruine curieuse, sans destination, et sans utilité actuelle.

Car ils nous paraîtraient fort exagérés dans la restauration d’un édifice dont l’utilité est encore aussi réelle, aussi incontestable aujourd’hui, qu’au jour de son achèvement ; d’une église, enfin, élevée par une religion dont l’immuabilité est un des principes fondamentaux. Dans ce cas, il faut non seulement que l’artiste s’attache à soutenir, consolider et conserver ; mais encore il doit faire tous ses efforts pour rendre à l’édifice, par des restaurations prudentes, la richesse et l’éclat dont il a été dépouillé. C’est ainsi qu’il pourra conserver à la postérité l’unité d’aspect et l’intérêt des détails du monument qui lui aura été confié.

Cependant, nous sommes loin de vouloir dire qu’il est nécessaire de faire disparaître toutes les additions postérieures à la construction primitive et de ramener le monument à sa première forme ; nous pensons, au contraire, que chaque partie ajoutée, à quelque époque que ce soit, doit, en principe, être conservée, consolidée et restaurée dans le style qui lui est propre, et cela avec une religieuse discrétion, avec une abnégation complète de toute opinion personnelle.

L’artiste doit s’effacer entièrement, oublier ses goûts, ses instincts, pour étudier son sujet, pour retrouver et suivre la pensée qui a présidé à l’exécution de l’œuvre qu’il veut restaurer ; car il ne s’agit pas, dans ce cas, de faire de l’art, mais seulement de se soumettre à l’art d’une époque qui n’est plus. Sous peine d’être entraîné, malgré lui, dans les voies les plus dangereuses, l’artiste doit reproduire scrupuleusement non seulement ce qui peut lui paraître défectueux au point de vue de l’art, mais même, nous ne craignons pas de le dire, au point de vue de la construction. En effet, la construction se trouve essentiellement liée à la forme, et le moindre changement dans cette partie si importante de l’architecture gothique en entraîne bientôt un