Page:Lassus, Viollet-le-Duc - Projet de restauration de Notre-Dame de Paris.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

autre, puis un autre encore, et, de proche en proche, on est amené à modifier complètement le système primitif de construction pour lui en substituer un moderne ; et cela trop souvent aux dépens de la forme. D’ailleurs, en agissant ainsi, on détruit une des curieuses pages de l’histoire de l’art de bâtir, et plus la prétendue amélioration est réelle, plus le mensonge historique est flagrant.

Ce que nous disons pour la conservation du système de construction, nous le dirons aussi pour la conservation rigoureuse des matériaux employés dans les formes primitives, d’abord dans l’intérêt historique, et surtout dans l’intérêt de l’art ; car, en changeant la matière, il est impossible de conserver la forme ; ainsi, la fonte ne peut pas plus reproduire l’aspect de la pierre que le fer ne peut se prêter à rendre celui du bois. Au reste, il suffit, pour s’en convaincre, de jeter un coup d’œil sur les essais qui ont été tentés dans ce sens, soit à Rouen, pour la flèche de la cathédrale, soit à Séez, pour les pyramides des contreforts, soit à Rheims, pour la chapelle de l’archevêché. Partout enfin où la fonte a remplacé la pierre, l’œil le moins exercé ne peut s’y tromper. À Rouen, comme à Séez et à Rheims, la fonte n’a pu reproduire que des formes dépouillées, tandis que les moulures et les sculptures en pierre de ces monumens sont refouillées au ciseau et impossibles à mouler d’une seule pièce. Mais ce ne sont là que de faibles inconvéniens relativement à ceux bien plus graves que la fonte offre sous le rapport de la solidité. En effet, sans parler du poids, qui est beaucoup plus considérable qu’on avait pu le prévoir avant l’exécution de grandes pièces, un brusque changement de température, une commotion atmosphérique, suffisent pour briser la fonte fragile comme du verre. De plus, cette matière non seulement ne se marie jamais avec la pierre, mais elle est pour cette dernière une cause incessante de ruine, par l’oxidation que l’on ne peut jamais empêcher. Comme couleur, nous n’avons pas besoin de dire que la fonte ne peut jamais reproduire celle de la pierre, puisque, lors même qu’on la couvre d’une couche épaisse de peinture, l’oxide rouge du fer la détruit si promp-