Page:Lavoisier - Opuscules physiques et chimiques.djvu/281

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ÎDES TERRES ALKALtNES. 24! chacun d'eux contenoit une once & demie d'a- cide nîtreux , & 3 gros 27 grains de chaux éteinte.

Je m'en fuis fervi pour faire les quatre Expé- riences qui fuivent.

EXPÉRIENCE PREMIERE.

Précipitation de la chaux dijjoute dans Vacide nU treux par l^alkali de lafoude.

J'ai verfé goutte à goutte dans une des quatre portions de diflolution ci-delTus de l'alkali de la foude en liqueur, & j'ai continué jufques à ce qu'il ne fe fit plus de précipitation ; il n'y a eu ni mouvement ni effervefcence , & le précipité s'eic rafTemblé fous forme blanche. J'ai décanté la liqueur furnageante, je l'ai lavée dans plufieurs eaux diftillées ; enfin , j'ai fait fécher le précipité- à une chaleur égale à celle du mercure bouillant, elfe s'eil: trouvé pefer 4 gros 60 grains.

Cette terre faifoir une vive effervefcence avec les acides , elle n'avoit prefque aucun goût , eila ne dégageait point à froid l'alkali volatil du fel ammoniac ; en un mot , elle n'étoit plus dans l'état de chaux , mais dans celui de terre cal- 1 çaire ou de craie.

Q

�� �