Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XVII

LES DEUX AMANTS DE NAGUÈRE.


Geneviève était devenue folle de peur. Son état lamentable arrachait des larmes à tout le monde. Quand elle se fut habillée, elle demanda si la voiture était prête. On lui répondit que M. Lepage était allé mettre le cheval à la calèche, et qu’il serait dans un instant de retour.

— Je vais toujours partir, reprit la pauvre fille, il me rejoindra. S’il est poli il me fera monter dans sa voiture. Je n’ai pas une minute à perdre : la petite Marie-Louise s’en va toujours. Elle est peut-être bien loin maintenant. Dites donc un chapelet pour elle pendant que je vais la chercher.

On voulut l’empêcher de sortir.

— Je vous en conjure, dit-elle avec des larmes dans la voix, vous qui avez des petits enfants que vous aimez bien, laissez-moi partir ;