Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
110
GRAINS DE PHILOSOPHIE



ÉVOLUTION


Qui sait de notre Dieu le merveilleux dessein ?
D’où vient, beau papillon, la pourpre de ton aile ?
Givre de mon carreau, feuille de ma tonnelle,
D’où vient, le savez-vous, votre savant dessin ?

Quand la mort te flétrit de son baiser malsain,
Homme, où s’envole donc l’éclair de ta prunelle ?
Où s’en vont les beautés de ta forme charnelle,
Et les vives ardeurs qui dévoraient ton sein ?

Ta poussière est féconde. Elle devient la feuille,
L’insecte qui murmure ou la fleur que l’on cueille,
L’herbe de la prairie ou le grain de froment.

Et toute âme qui naît prend de brillants atomes
Aux feuilles comme aux fleurs, aux fruits comme aux arômes
Afin de s’en couvrir comme d’un vêtement.