Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
128
SONNETS RUSTIQUES



LE NID


Il est, depuis longtemps, sur un vieux cornouiller,
Caché dans les rameaux comme en une alvéole.
Un rayon lui faisait parfois une auréole,
Et l’on voyait alors les gais oiseaux grouiller.

Je venais, chaque soir, l’entendre gazouiller.
II avait la douceur d’une chanson créole,
Il est vide aujourd’hui. Le souffle amer d’Éole
Agite l’arbre en deuil et va le dépouiller.

Le froid a-t-il tué la petite famille ?
Cherche-t-elle un vallon où l’insecte fourmille,
Où les vents sont légers et les blés, parfumés ?

Mon cœur ressemble au nid que la bise fait taire.
Rameaux, ne bercez plus l’humble nid solitaire,
Ne bercez plus mon cœur, ô mes rêves aimés !{