Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
147
SONNETS RUSTIQUES



LE BROYAGE


Le rouissage est bon. Au fond de la coudraie,
Sur un grand chariot, transportez chanvre et lin.
Dans l’alcôve, tout près du ruisseau cristallin,
L’échafaud s’étendra comme une sombre raie.

Que l’on entende au loin les échos de la braie.
Le chanvre a son arôme et l’œil, son feu malin.
Prenez garde. Le bœuf tombe sous le merlin,
Et, sous un doux regard, l’homme que rien n’effraie.

La coupe du ruisseau vous offre sa liqueur ;
Le vent murmure doux comme un chant de félibres ;
Un sourire, un baiser attendent le vainqueur.

Broyez, filles, garçons, de vos mains de gens libres,
Pour voiler votre épaule, un lin aux blanches fibres,
Un chanvre parfumé pour lier votre cœur.{