Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
149
SONNETS RUSTIQUES



LA DANSE DES FEUILLES


Elles ont revêtu de brillantes toilettes,
Et l’on dirait des fleurs. Les bois en sont couverts.
Les unes ont du pourpre avec des ourlets verts,
Les autres, des fils bleus comme les violettes.

Elles ont pour joyaux de claires gouttelettes.
Elles veulent jouir avant les longs hivers.
Les folles, voyez-les voltiger à travers
Les arbres dépouillés comme de grands squelettes.

La brise a ranimé leur vif trémoussement,
Et la forêt sourit au nouveau bruissement.
Elle n’a plus sommeil… Mais tout plaisir s’émousse.

La fatigue survient et, lasses de bonheur,
On les voit tour ; à tour s’étendre sur la mousse
Où les foule bientôt le pied du promeneur.