Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
151
SONNETS RUSTIQUES



LE MOULIN


Sur la route que suit cette lourde voiture,
Au pied de la chaussée où l’eau gronde si fort,
C’est le moulin. Il est solide comme un fort,
Et mille sacs de grains logent sous sa toiture.

O les blés rutilants que la meule triture
Avec un grand bruit sourd et comme sans effort !
Et la meunière chante, en songeant au confort
Que Dieu donne au moulin qui fait bonne mouture.

Un brouillard argenté s’étend jusques au fond.
Tout est blanc : le meunier, les murs et le plafond,
Et dans cette blancheur un rayon de ciel danse.

Pendant que les bluteaux s’agitent follement,
Dans l’air tout saturé de l’odeur du froment
Le paysan se grise et rêve l’abondance.