Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
152
SONNETS RUSTIQUES



L’HIVER


Sans voiles sont nos eaux, et nos cieux sont sans ailes.
Les champs se sont drapés dans leur manteau d’argent
Les étoiles jamais n’ont tant lui. L’indigent
Lève, tout anxieux, ses mains froides vers elles.

Voici que vos clameurs, ô vents ! sont comme celles
Des mers où disparaît le vaisseau diligent !
Voici qu’en tourbillons passent, au ciel changeant,
Des flocons radieux comme des étincelles.

Nul chant ne monte plus des grands bois dentelés.
Tous les logis sont clos, les fleuves sont gelés,
Et dans le jour douteux mille spectres se forment.

L’hiver de notre vie est triste ainsi pourtant.
Sous nos cheveux de neige, hélas ! à jamais dorment
Les suaves espoirs que nous caressions tant.