Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
155
SONNETS RUSTIQUES



AURI SACRA FAMES


Au-dessus des foins verts et de la blonde avoine
Vos rêves de bonheur prennent un fol élan.
Vous voulez voir tomber tout rôti l’ortolan ;
Vous en avez assez d’une table de moine.

Mais faut-il pour cela quitter le patrimoine
Où vos aïeux peinaient jusques au bout de l’an ?
S’il vous plaît de grossir votre mince bilan,
Faites mûrir des blés où fleurit la pivoine.

Prenez garde ; le rêve est parfois décevant.
Vous voyez luire l’or comme un soleil levant,
Sur les bords du Klondyke et les glaciers du pôle.

Que ces reflets lointains ne vous fascinent pas,
Il est de l’or partout pour celui dont l’épaule
Veut bien porter ici le fardeau de là-bas.