Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
14
SONNETS BIBLIQUES



LE DÉLUGE


Et Dieu dit, regrettant l’excès de sa bonté :
— La terre que j’ai faite est livrée au désordre ;
Elle ignore mon nom et méprise mon ordre ;
Demain son dernier jour enfin sera compté.

Il verse des torrents ; et c’est sa volonté
Que ces eaux de vengeance aillent couvrir ou mordre
Des gorges et des reins que l’amour fait se tordre.
Mais l’amour ne meurt pas et l’homme est indompté.

Ton œuvre, Dieu puissant, tristement se délabre,
Et la terre s’en va, masse mouvante et glabre,
Comme aux jours primitifs de ses sentiers obscurs.

Et, pour mieux outrager ta justice suprême,
Elle porte à son front, comme un fier diadème,
Les enlacements nus des cadavres impurs.