Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13
SONNETS BIBLIQUES


ABEL ET CAIN


La terre verdissait, qui venait d’émerger
Des primitives eaux. L’antre au sombre orifice
Était, en ces jours-là, son unique édifice,
Et l’homme vagabond y pouvait héberger.


Or, deux frères vivaient : un semeur, un berger.
Ils offrirent à Dieu le premier sacrifice.
Le berger fut béni. L’autre, usant d’artifice,
L’attira sur son cœur afin de l’égorger.


La terre qui grandit dans la magnificence,
S’enivre encore, hélas ! du sang de l’innocence,
Et garde la blessure ouverte dans son sein.


Et le bien et le mal seront toujours en lutte;
Et les derniers enfants de la dernière hutte
Seront peut-être encore un Abel, un Caïn.