Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
161
DOMAINE POLITIQUE



AUX PUISSANTS


Vous voulez, dites-vous, que partout la paix règne,
Pourquoi s’allument donc vos dévorants fourneaux ?
Et pourquoi vos soldats montent-ils aux créneaux ?
Est-ce pour éblouir ? Est-ce pour que l’on craigne ?

Le peuple est libre. Est-il un Dieu qui le contraigne
A s’atteler jamais au char des tyranneaux ?
N’osez pas à sa chaîne ajouter des anneaux,
Il saurait la briser avant qu’on ne l’étreigne.

Votre gloire souvent germe dans les horreurs.
Comptez moins de soldats et plus de laboureurs,
La poitrine de l’homme est un rempart fragile.

O puissants ! faites taire et clairons et tambours,
Fermez vos codes faux et rouvrez l’Évangile,
Vous verrez que vos plans sont tracés à rebours.