Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
162
DOMAINE POLITIQUE



À MES COMPATRIOTES ANGLAIS


Vous ne nous aimez pas, cela nous le savons.
Nous avons nos défauts et vous avez les vôtres.
Vous êtes des marchands, nous sommes des apôtres ;
Vous achetez la terre, et nous, nous la sauvons,

Notre langue est très belle et nous la conservons.
Nous sommes tous égaux et vos droits sont les nôtres.
Amassez des louis, disons des patenôtres,
Et servons librement le Dieu que nous servons.

L’Eglise, à ses autels, dans toute la patrie,
Pour notre souverain avec foi chante et prie,
Et tous, agenouillés, nous répondons : Amen.

Pourquoi donc des soupçons ? pourquoi des mots acerbes ?
La paix soit avec nous ! Nos deux races superbes
Doivent s’unir, un jour, dans un fécond hymen.