Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
169
SOUFFLE D’AMOUR



LE BAL


Venez par les flots bleus, venez par les bosquets,
Venez sur vos coursiers, venez sur vos gondoles,
Venez tourbillonner au feu des girandoles,
Avec des regards doux et des rires coquets.

Les parfums sur vos pas monteront des parquets.
Femmes belles, régnez ! Vous êtes des idoles.
Dansez galops, polkas, valses et farandoles ;
La danse grise plus que le vin des banquets.

Quels accords ! Bercez-vous au rythme qui s’envole.
Un jour sans volupté, c’est un jour que Dieu vole,
Disent d’un ton hardi les jeunes libertins.

Mais le vin et l’amour troublent plus d’une tête…
Lorsque s’ouvre le bal bien des cœurs sont en fête,
Quand le bal est fini bien des cœurs sont éteints !