Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
171
SOUFFLE D’AMOUR



PREMIÈRE FAUTE


Elle est belle et pourtant son front est nuageux.
Son œil bleu flotte vague et son rire fascine.
Sa bouche enivre et ment. L’aurore capucine
Luit dans ses cheveux blonds près du muguet neigeux.

Prendre ou briser des cœurs, c’est pour elle des jeux,
Mais l’amour en secret a poussé sa racine.
Dans son esprit ému l’imprudente dessine
Des chemins de lumière et des sentiers fangeux…

Maintenant elle pleure et sa beauté se fane ;
Et comme des vols noirs dans le ciel diaphane,
Passent sur sa pauvre âme un essaim de remords.

Emportez, emportez à jamais, heures lentes,
Ces souvenirs cuisants ! Sous des cendres brûlantes
Les bonheurs entrevus depuis longtemps sont morts !