Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
175
SOUFFLE D’AMOUR



SOUVENIR LOINTAIN


Le passé nous est cher, et c’est pour qu’il renaisse
Que l’âme émue évoque un souvenir lointain.
Je l’aimais. Cette flamme a fixé mon destin.
Son nom… Mais il n’importe ici qu’on le connaisse.

Son œil sous des cils noirs pétillait de finesse.
De son amour alors je n’étais pas certain.
Je redoutais un peu son petit air mutin
Et les effrois charmants de sa chaste jeunesse.

Ma lèvre, un jour, osa caresser ses cheveux,
Et je balbutiai : — Sais-tu ce que je veux ?
— Que m’importe, fit-elle ? Et puis, je la vis rire.

Ce fut comme un stylet qui venait m’effleurer.
— Je veux, repris-je triste et ne sachant quoi dire,
Le baiser des adieux… Et je la vis pleurer.