Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
182
SOUFFLE D'AMOUR



LE CHEMIN DE L’ÉCOLE


Nous allions nous aimer quand on nous sépara…
C’était aux jours de feu de la jeunesse folle ;
Nous fîmes connaissance en allant à l’école,
Un jour que le hasard coquin nous égara.

Nous arrivâmes tard, et vite elle narra
Une plaisante histoire au maître bénévole.
Le maître, souriant, ne dit qu’une parole :
— « Suivez le bon chemin, tout se réparera. »

Après de longs hivers, en fouillant dans les cendres,
Nous avons retrouvé ce souvenir charmant.
Nous n’y vîmes d’abord rien de bien alarmant.

Le chemin de l’école, où l’on fait des esclandres,
Mène loin quelquefois, j’oserais l’affirmer…
Quand on nous sépara nous allions nous aimer.