Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/203

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
201
FANTAISIE



LES ÉCHOS


Le sifflet d’un navire, un tintement de cloche,
L’appel de la trompette ou le bruit des canons,
Réveillent des échos dont nous nous étonnons,
Quand l’air est immobile ou que l’orage est proche.

Comme sur une eau calme une pierre ricoche,
Ils s’en vont, ces échos. Ils redisent des noms
Qui firent tressaillir le roc où nous planons,
Et qui sont une gloire… et peut-être un reproche.

Car nous parlons encor, pauvres agonisants,
Des braves d’autrefois, soldats ou paysans,
Qui rêvaient follement de voir la délivrance.

Mais quand à l’artimon de quelques fiers vaisseaux,
Tout à coup bat au vent le pavillon de France,
C’est du fond de nos cœurs que montent les échos.