Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
29
SONNETS ÉVANGÉLIQUS



LES MARCHANDS DU TEMPLE


Jésus vient de monter des rives du Jourdain.
Le temple est plein de bruits, comme un lieu de discorde.
Les marchands, les docteurs, la foule, inique horde,
Changent en un comptoir le marbre du gradin.

Le Maître, tout d’abord, laisse voir son dédain.
Mais il songe à son Père, et sa miséricorde
Ne les protège plus. Il s’arme d’une corde
Et chasse des parvis ce commerce mondain.

L’ancien temple est détruit, mais l’âpre marchand reste.
Il ne vend ni l’oiseau, ni le produit agreste,
Ni le bœuf qu’a l’autel on devait étrangler ;

Mais en ces temps de honte où notre foi s’enlise,
Sachant bien que nul bras n’osera le sangler,
Il vend nos libertés et dépouille l’Église.