Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
35
SONNETS ÉVANGÉLIQUS



LE FIL DE LA VIERGE


Le Sanhédrin ourdit un complot satanique,
Et je ne sais comment vous vous garantirez.
Ne pensez pas, mon fils, que vous convertirez
Nos docteurs si jaloux de leur loi tyrannique.

Ainsi parlait la Vierge à son doux fils unique.
— S’il le faut, reprit-elle, hélas ! vous partirez.
J’ai le tissu nouveau que vous revêtirez,
Et moi-même, Jésus, coudrai votre tunique.

Mais j’y songe, comment ? je n’ai fil ni denier.
Alors, un fil d’argent qu’un souffle printanier
Berçait, vint effleurer la sainte créature.

Elle allait le saisir. Jésus sourit. Déjà
La tunique était faite. Elle était sans couture.
Dans l’air le fil brillant depuis lors voltigea.