Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
43
SONNETS ÉVANGÉLIQUS



L’ARBRE DE LA CROIX


Arbre mystérieux, sous la dure cognée
Quelle forme prends-tu ? Que vas-tu devenir ?
Tes parfums vont manquer aux printemps à venir.
L’ouvrier jette loin ta branche dédaignée.

Qui saura de quels feux ta cime était baignée ?
De ton ombrage frais qui va se souvenir ?
Au vieil âge béni tu n’as pu parvenir,
Et l’injure, arbre mort, ne t’est pas épargnée.

Quoi ! tu renais toujours, bel arbre mutilé !
Dans le ciel obscurci ton faîte a scintillé
Comme, au-dessus des monts, un astre qui se lève.

Sur ton écorce rude un signe s’est gravé.
Voici qu’un sang divin est devenu ta sève,
Et ton ombre s’étend partout… O crux, Ave