Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
61
HOMMAGE



L’UNIVERSITÉ

(À Mgr Mathieu)


C’est l’atelier mystique où s’apprend le devoir,
Le nid d’où l’aile vole à l’immortelle sphère.
Quand sort le bachelier, ses hauts châssis de verre
Semblent des yeux aimés qui s’ouvrent pour le voir.

Ce que savent ses murs je voudrais le savoir.
Ils ont l’auguste aspect du temple qu’on révère.
Aux thèses d’un docteur, aux stances d’un trouvère
Leur âme de granit sait parfois s’émouvoir.

Et quand sonne l’appel, comme en d’étranges rêves,
On voit de toute part accourir les élèves,
Tout pleins, jeunes et vieux, d’un même doux émoi.

Et l’on entend monter du grand laboratoire,
De l’étude enfiévrée et du saint oratoire,
Le vol de la science et l’hymne de la foi.