Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
68
HOMMAGE



LUSIGNAN


Un rayon descend-il, ami, dans vos prisons ?
A travers le linceul, dans les plis de verdure,
Peut-on voir quelques fleurs ? Ta couche est-elle dure ?
Est-ce qu’aux souvenirs aimés nous nous grisons ?

Mais ton vol a franchi nos pâles horizons.
Qu’importe le soleil ? qu’importe la froidure ?
Tu ne sens plus le mal que l’âme humaine endure,
Et les parvis divins n’ont pas de trahisons.

Te souviens-tu des chants, des rires, des bruits d’aile ?
Vois-tu le gage offert par l’amitié fidèle ?
Te mêles-tu, cher mort, à nous comme jadis ?

Garde-t-on son cœur d’homme au séjour du mystère ?
Ecoute-t-on, ravi, monter, de notre terre,
Et les alléluias et les De profundis ?