Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
91
AU FOYER



UN SOUVENIR


Depuis que mes cheveux sont/blancs, que je suis vieux,
Une fois j’ai revu notre maison rustique,
Et le peuplier long comme un clocher gothique,
Et le petit jardin tout entouré de pieux.

Une part de mon âme est restée en ces lieux
Où ma calme jeunesse a chanté son cantique.
J’ai remué la’cendre au fond de l’âtre antique,
Et des souvenirs morts ont jailli radieux.

Mon sans gêne inconnu paraissait malhonnête,
Et les enfants riaient. Nul ne leur avait dit
Que leur humble demeure avait été mon nid.

Et quand je m’éloignai, tournant souvent la tête,
Ils parlèrent très haut, et’j’entendis ceci :
— Ce vieux-là, pourquoi donc vient-il pleurer ici ?