Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
97
GLANÉ DANS NOTRE HISTOIRE



DAULAC


Et les guerriers chantaient : — « La vengeance est ourdie.
La danse et le festin sont déjà terminés.
Les étrangers pervers seront exterminés ;
Ils’ont peur des tourments ; leur âme est engourdie. »

Longtemps l’onde se plaint sous la flotte alourdie.
Maintenant sur des bords que la vague a minés
Les cruels Iroquois se sont acheminés,
Et par le bruit des flots leur marche est assourdie.

Mais, dans un fort de pieux qui domine le lac,
Quelques preux de la France, à l’appel de Daulac,
Accourent déjouer la noire félonie.

Ils meurent tous. Alors, étrange dénouement,
Le vainqueur, effrayé d’un pareil dévouement,
S’arrête là… Nos morts sauvaient la colonie.