Page:LeMoine - Ornithologie du Canada, 1ère partie, 1861.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion


fait entendre, pendant la nuit, un cri plaintif ou gémissement grave et prolongé : Cowl ! Clowd ! Il pond d’ordinaire dans les nids abandonnés d’écureuils, pies et corneilles, tandis que le Hibou à aigrettes longues au contraire pond à terre.

Dimensions, 15 × 40.



LE HIBOU À AIGRETTES LONGUES.[1]
(Long-eared Owl.)


Le Hibou à aigrettes longues ou moyen duc, et le Hibou à aigrettes courtes, ou grande chevêche : voilà deux espèces qui se distinguent par leur sociabilité — elles séjournent beaucoup à terre pour y attraper les souris, les mulots et les petits oiseaux.

Dimensions, 11 × 38.



LA CHOUETTE-ÉPERVIER.[2]
(Hawk Owl.)


« La dénomination de cet oiseau vient de ce qu’il participe de la nature de la Chouette et de l’Épervier. Il indique en effet la nuance intermédiaire de ces deux genres d’oiseaux. Il a de la Chouette la tête et les pieds, et de l’Épervier, le port, la taille svelte, les ailes et la queue. Cette espèce qui couve à la Baie d’Hudson ne vole et ne chasse guère que le jour. Elle se nourrit de perdrix et de petits oiseaux. D’un naturel hardi, elle ne s’épouvante point du bruit du fusil ; au contraire, elle en suit la direction et s’attache au pas du chasseur, soit en volant au-dessus de sa tête, soit en se perchant sur un arbre voisin : mais toujours hors de la portée de l’arme à feu. Si celui-ci tue un gibier quelconque, elle lui vole souvent au moment où il va le ramasser. Quoiqu’elle soit d’un naturel défiant, il suffit

  1. No. 51. — Otus Wilsonianus. — Baird.
    Otus vulgaris. — Audubon.
  2. No. 62. — Surnia ulula. — Baird.
    Surnia funerea. — Audubon.