Page:LeMoine - Ornithologie du Canada, 1ère partie, 1861.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

Il se nourrit de perdrix, canards, perdrix blanches, lièvres et rats. Sa voracité est telle, qu’il enlève quelquefois sous le nez du chasseur, le gibier que celui-ci vient d’abattre et qu’il n’a pas eu le temps de ramasser. Les Aborigènes mettent à profit cette habitude du rapace : ils jettent en l’air un oiseau mort : le Harfang s’élance dessus et il devient facile de le tuer. Son plumage, surtout dans les vieux mâles, est éclatant de blancheur, parsemé de petites demi-lunes grises — les yeux fauves d’un éclat extraordinaire, les pieds sont tellement couverts de plumes que l’on ne voit que les griffes — longueur 21 pouces — envergure 53 pouces dans le mâle — dans la femelle 26 × 65 — selon la règle générale chez les oiseaux de proie, la femelle est toujours plus grande que le mâle. Les Creeks le nomment Wapohoo ; les Esquimaux, Oopeguak. Audubon dit avoir extrait de l’estomac d’un hibou blanc un énorme rat, dont la tête et la queue étaient presqu’entières — le même auteur décrit d’une manière plaisante, les artifices de cet oiseau, lorsqu’il fait la pêche. « Il s’incline, dit-il, sur un rocher près de la mer, la tête tournée vers l’eau ; il fait le mort et attend patiemment l’occasion de happer une victime, qu’il ne manque jamais ; dès qu’un poisson monte à la surface, rapide comme l’éclair, la griffe du harfang le saisit ; puis il se retire à quelques pieds de distance pour dévorer sa proie et recommence le même manège ; si la pêche

    habitants du poste : ces attaques diurnes, jointes aux épouvantables hôlements qu’ils poussaient pendant la nuit, jetèrent bientôt dans les esprits une terreur superstitieuse : on n’osait sortir à la brunante ; on parlait même de déguerpir d’un lieu où le prince des ténèbres transformé en hibou, ou bien peut-être un loup-garou, avait évidemment élu domicile. L’épouvante générale se termina par la capture inattendue du loup-garou : un des employés avait été attaqué par le hibou malfaisant qui s’était cramponné à sa tête ; dans sa terreur il le saisit et un compagnon l’eut bientôt occis. »