Page:LeMoine - Ornithologie du Canada, 1ère partie, 1861.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

les battures des îles aux Grues, aux Oies, de St.-Joachim, de Grondines, de Kamouraska et autres localités également giboyeuses ; sa bêche lui a bientôt creusé un trou profond, où il se blottit après avoir attaché près de lui ses appelants. Les outardes sauvages entendant le cri de deux camarades, s’abattent sans défiance près d’elles et reçoivent le coup fatal. Tombent-elles dans le fleuve ? le terre-neuve s’élance à leur poursuite et les repêche. Pendant l’équinoxe de septembre, l’extrémité nord de la Pointe-aux-Pères est considérée un excellent poste où le disciple de St. Hubert se cache et attend que le vent du nord rejette à terre — outardes, canards, bernaches. Quand l’oiseau découvre son ennemi, il est trop tard pour fuir ; il tombe percé au cœur et le terre-neuve va le happer au sein de l’onde. Il est une particularité intéressante sur le compte des outardes que nous devons mentionner. Plus d’une fois, à l’approche des frimas, les paisibles cultivateurs de l’Île-aux-Grues ont remarqué une augmentation notable dans leurs bandes d’outardes apprivoisées ; ce sont des outardes sauvages qui se mêlent à elles et qui les accompagnent dans les granges où elles sont parquées. Dès que cela a lieu, le propriétaire a soin de renfermer ensemble pour le reste de l’automne ses propres outardes et les étrangères, et au printemps suivant, il est difficile de distinguer les outardes sauvages de celles qui sont apprivoisées : ce fait s’est reproduit nombre de fois à notre connaissance.

Les outardes reviennent du nord en septembre avec leurs jeunes que l’on nomme pirons ; elles fréquentent, pendant une couple de mois, leurs anciennes retraites, puis, vers le premier novembre elles dirigent leur vol triangulaire vers le sud, et hivernent au Mexique, au Texas et en Pennsylvanie. Pendant la marche, un jars robuste forme la pointe du triangle et fend l’air pour le reste du vol ; lorsqu’il est fatigué, un autre jars lui succède : telle est leur méthode de migration.

Dimensions 43 × 65.