Page:LeNormand - Autour de la maison, 1916.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
135
AUTOUR DE LA MAISON

pour jusqu’à l’année suivante à s’en vanter et à nous dire : « T’en rappelles-tu ? »

C’est comme cela : les « te rappelles-tu » sont une des plus grandes douceurs de la vie. Est-ce que vous ne riez pas au souvenir de ces épisodes qui ressemblent à ceux de votre enfance ? Je me plais, moi, à vous les raconter, simples comme ils me viennent, pendant que j’y songe, en admirant le ciel bleu du nouveau printemps qui s’annonce.


XXXVIII


Avec Marie et une petite amie qui s’appelait Lucette, je m’étais rendue de l’autre côté du village, où il n’y avait pas de « côte du bord de l’eau », mais une pente si faible que le sol était presque au niveau de la rivière. Nous descendions une rue, longeant la seigneurie jusqu’à la rive où nous allions pourvoir marcher la glace.

J’ai oublié comment cela se produisit, mais l’eau se mit soudainement à monter et nous partîmes en courant, parce que nous imaginions qu’elle nous suivait, et pouvait nous engloutir comme la mer Rouge avait autrefois englouti les envoyés de Pharaon. Quand nous fûmes certaines d’être en sûreté, nous nous retournâmes et nous vîmes que la