Page:Le Bon - Psychologie de l’Éducation.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


constituent la pensée même des travaux manuels. Ces notions sont subtiles et doivent procéder de la connaissance de la construction. Ce n’est que par des études sérieuses, que le professeur se prépare à appliquer ce principe supérieur dans les travaux, d’une manière constante et compréhensible. On s’en convaincra par l’exemple suivant : la construction d’une chaise qui entre comme exercice d’application dans les cours de septième et huitième années, pour les enfants de onze et quatorze ans.

Le thème de la leçon peut se fixer comme suit : l’examen de la fonction de ce meuble, qui est de servir de siège, conduit immédiatement à la forme qui doit être celle de l’homme, de l’enfant assis. En poussant plus loin les investigations interrogatives, les élèves, guidés par le professeur, trouvent la forme et les dimensions du dossier ; ils peuvent même contrôler la construction, les points à consolider, etc. Ils sont ainsi amenés à faire, rationnellement et graduellement, le croquis coté du meuble, et, munis de ce document qui renferme la pensée à réaliser, ils passent à l’exécution. Le même système d’études rationnelles préalables, par lesquelles la pensée, le raisonnement et le jugement entrent dans les travaux se retrouve dans l’exécution de tous les objets.

Les Américains considèrent comme de nulle valeur éducative et comme de simples « occupations manuelles » les travaux dont l’élève ne possède pas, dans le cerveau, le plan préalablement raisonné. C’est dans cette méthode que se trouve la vertu spéciale des travaux manuels. Ainsi conduites, les opérations se déroulent avec la rigueur logique d’une suite de propositions géométriques ; elles imposent à l’élève la prévoyance dans l’établissement du projet, l’adaptation des moyens aux fins, le principe du moindre effort. Cette méthode d’enseignement exige des directeurs chargés de l’organisation et de la surveillance des cours et des professeurs chargés de l’enseigner, des connaissances et des aptitudes sérieuses et diverses, qu’ils ne sauraient acquérir à fond par l’étude des travaux manuels, comme une branche accessoire dans les écoles normales générales.

Pour suppléer à l’insuffisance de ces professeurs, des institutions ont organisé un véritable enseignement normal spécial pour les travaux manuels.

§ 4. — ENSEIGNEMENT SECONDAIRE (DE 14 À 18 ANS).

Dans l’école secondaire américaine s’est effacée la limite entre la culture générale et l’instruction industrielle et commerciale.

Le problème des études moyennes s’est présenté dans les