Page:Le Braz - La jeune Bretagne, 1905.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

14

monde, on n’a entassé plus de préjugés forgés aux âmes plus de liens et des liens plus étroits. Vous ne rencontrerez que trop de compatriotes qui ne veulent pas être émancipés. Ne tentez pas de les émanciper malgré eux. Donnez-leur la seule leçon qu’ils puissent recevoir, la meilleure de toutes, du reste, celle de la tolérance.

En combattant les idées, respectez les personnes. Même au point de vue du succès final, c’est encore la tactique la plus sûre. Vous connaissez le farouche individualisme de notre race. Renan a signalé avec raison comme un des traits les plus caractéristiques du Breton sa tendance à embrasser, par pur esprit de chevalerie, la cause des vaincus. Il n’y a pas de peuple qui, malgré sa longue servitude intellectuelle et morale, ait gardé un sentiment plus vif de l’exercice individuel de la liberté. Et c’est pourquoi il ne faut jamais désespérer de lui.

Qu’il sente en vous des passionnés de la liberté, de toutes les libertés. Vous savez que c’est par le sentiment