Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 1), 1821.pdf/351

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2Les croyans que la parole de Dieu pénètre de crainte, qui sentent augmenter leur foi au récit de ses merveilles, qui mettent en lui leur unique confiance,

3Qui font la prière, et versent dans le sein de l’indigent une portion des biens que nous leur avons dispensés,

4Sont les vrais fidèles. Ils occuperont des degrés sublimes dans le royaume céleste. Ils jouiront de l’indulgence et des bienfaits de Dieu.

5C’est Dieu lui-même qui t’a fait quitter ta maison, malgré l’opposition d’une partie des fidèles.

6Ils combattaient contre toi la vérité, dont l’évidence frappait leurs yeux, comme si on les eût conduits à la mort, et qu’ils l’eussent vue présente.

7Le Seigneur vous promit qu’une des deux nations devait tomber sous votre glaive. Vous désiriez qu’il vous livrât celle qui était sans armes ; mais le ciel voulut accomplir ses promesses, et exterminer jusqu’au dernier des infidèles,

8Afin que la vérité brillât, que la vanité s’anéantît, malgré les efforts des impies.

9Lorsque vous implorâtes l’assistance du Très-Haut, il répondit : Je vous enverrai un secours de mille anges [1].

10Il vous fit cette promesse, afin de porter dans vos cœurs la joie et la confiance. Toute aide vient de celui qui est puissant et sage.


  1. Les compagnons de Mahomet étaient sur le point de prendre la fuite. Il les rassura en leur promettant un secours de mille anges. Il leur persuada si fortement que cette milice zéleste combattait pour eux, qu’il les rendit invincibles. (Vie de Mahomet.)