Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 1), 1821.pdf/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

la tête ? Je viens, répondit Omar, croire en dieu et en son apôtre ». Il embrassa l’islamisme, et en devint un des plus zélés défenseurs. Sa férocité ne s’adoucit point. Il garda son caractère. Incapable de ménagemens, il bravait au milieu même du temple les Coreïshites assemblés. La désertion d’Omar, un des plus nobles citoyens de la Mecque, les éclaira sur la ruine prochaine de leur culte. On prit des mesures violentes pour la prévenir. La persécution devint générale. Trop faible encore pour défendre sa religion et ses disciples, Mahomet céda aux circonstances. Il permit à ceux qui n’avaient point de famille de se retirer dans le royaume d’Abasha [1].

( Depuis la chute d’Adam, suivant Abul-Feda. 6208. — Depuis la naissance de J.-C. 623. — Avant l’Hégire. 8. — De Mahomet. 45. — De sa mission. 5. )

La politique lui dicta ce conseil. C’était se préparer un refuge dans l’adversité. Douze hommes et quatre femmes prirent ce parti. Les plus distingués d’entre les transfuges, furent Otman et Rokaia, son épouse, fille de Mahomet ; Zobaïr, fils d’Awam ; Otman, fils de Matoun ; Abdallah, fils de Maçoud ; et Abd el Rohman, fils d’Auf [2].


  1. Abasha, autrement l’Abyssinie, a tiré son nom d’Abash, le même que Cush, fils de Canaan, fils de Ham, fils de Noé. Abd el Baki, dans son livre sur l’excellence des Abyssins.

    Abasha, écrit par les Grecs Άβασσανοί, par les Latins Abasseni, signifie en arabe un assemblage de nations. Ces peuples pénétrèrent dans l’Abyssinie par l’Égypte. Ils y fondèrent un empire, et firent souvent des incursions dans l’Arabie-Heureuse. Soixante-dix ans avant Mahomet, ils y établirent un royaume dont la capitale était Sanaa. Abraha, qui en était vice-roi, entreprit contre les Mecquois la guerre de l’Éléphant. Son armée fut entièrement détruite. Cet événement arriva l’année de la naissance de Mahomet. Abd el Baki.

  2. Cette première, hégire ou fuite peu connue parmi nous, est très-célèbre parmi les mahométans. Elcona et Jannab la rapportent à la cinquième année de la mission de Mahomet.