Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 2), 1821.pdf/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


16Apprendrez-vous à Dieu quelle est votre religion ? Il connait tout ce qui existe au ciel et sur la terre. Sa science embrasse l’étendue de l’univers.

17Ils te rendent grâces d’avoir embrassé l’islamisme. Réponds-leur : Cette religion ne vient pas de moi ; elle est un don du ciel. Il vous conduira si vos cœurs sont sincères.

18Dieu connaît les secrets des cieux et de la terre. Vos actions sont dévoilées à ses yeux.



CHAPITRE L.
K.
donné à La Mecque, composé de 45 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


K. J’en jure par le Coran glorieux.

2Surpris de voir un prophète de leur nation, les infidèles crient au prodige.

3Victimes de la mort, disent-ils, lorsqu’ils ne restera de notre être qu’un amas de poussière, serons-nous ranimés de nouveau ? Cette résurrection nous paraît chimérique.

4Nous savons combien d’entre eux la terre a dévorés. Leurs noms sont écrits dans le livre.

5Ils ont traité la vérité de mensonge. L’esprit de confusion s’est emparé d’eux [1].


  1. Les infidèles prétendaient que Mahomet était un mage, et le Coran un livre de magie ; d’autres qu’il était un poëte, et le Coran un livre de poésie. Gelaleddin.
    Ce dernier reproche n’est pas sans fondement. Tout le Coran est écrit par versets. Les premiers chapitres sont en prose rimée, une partie des derniers est en vers. Mahomet a déployé dans son ouvrage toutes les richesses de l’éloquence et de la poésie.