Page:Le Coran - Traduction de Savary, volume 1, 1821.djvu/239

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Une partie de ceux qui ont reçu les écritures ont dit : Ayez le matin la croyance des fidèles, et rejetez-la le soir, afin de les attirer à l’incrédulité.

N’ayez de croyance que celle de ceux qui ont votre religion. Dis-leur : La vraie lumière vient du ciel ; chacun en a reçu sa portion comme vous. Disputeront-ils avec vous devant l’Éternel ? Dis-leur : Les trésors sont dans ses mains ; il les distribue à son gré ; sa science égale son immensité.

Il fera miséricorde à ceux qu’il voudra. Sa libéralité est infinie.

Il est des juifs à qui tu peux confier un trésor. Il te sera fidèlement rendu. Il en est d’autres des mains desquels tu n’arracherais qu’avec peine un denier que tu leur aurais prêté.

La loi ne nous ordonne pas, disent-ils, d’être justes avec les infidèles. Ils mentent à la face du ciel et ils le savent !

Que celui qui garde son pacte, qui a la piété, sache que Dieu aime ceux qui le craignent.

Ceux qui font commerce de l’alliance du seigneur et de leurs sermens, perdent, pour un vil intérêt, la portion qui leur était destinée dans l’autre vie. Dieu ne leur parlera point au jour de la résurrection. Il n’abaissera point sur eux ses regards. Il ne les purifiera point, et ils seront la proie des supplices.

Quelques-uns d’entr’eux corrompent le sens des écritures, et veulent vous faire croire que c’est le véritable. Ils vous disent que c’est la parole de Dieu, et ce n’est point la parole de Dieu. Ils prêtent un mensonge au Très-Haut, et ils le savent !

Il ne faut pas que celui à qui Dieu a donné le livre, la sagesse et le don de prophétie, dise aux hom-