Page:Le Coran - Traduction de Savary, volume 1, 1821.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que tu as reçue : Venez, appelons nos enfans et nos femmes ; mettons-nous en prière ; et invoquons la malédiction de Dieu sur les menteurs.

Je vous ai fait un récit véritable. Il n’y a qu’un Dieu. Il est puissant et sage.

S’ils sont rebelles, le Très-Haut connaît les pervers.

Dis aux juifs et aux chrétiens : Terminons nos différens, n’adorons qu’un Dieu, ne lui donnons point d’égal : qu’aucun de vous n’ait d’autre Seigneur que lui. S’ils refusent d’obéir, dis-leur : Vous rendrez témoignage que nous sommes croyans.

Vous qui savez l’écriture, pourquoi faites-vous d’Abraham le sujet de vos disputes ? Le Pentateuque et l’Évangile ne sont venus qu’après lui. L’ignoreriez vous donc ?

Après que des matières dont vous êtes instruits, ont été l’objet de vos débats, pourquoi disputez-vous sur celles dont vous n’avez aucune connaissance ? Dieu sait, et vous ne savez pas.

Abraham n’était ni juif ni chrétien. Il était orthodoxe, musulman, et adorateur d’un seul Dieu.

Ceux qui professent la religion d’Abraham, suivent de plus près ses traces. Tel est le prophète et ses disciples. Dieu est le chef des croyans.

Une partie de ceux qui savent les écritures ont voulu vous séduire ; mais ils se sont abusés eux-mêmes, et ils ne le sentent pas.

O vous qui avez reçu le livre de la loi, pourquoi ne croyez-vous pas aux prodiges du Seigneur, puisque vous en avez été témoins ?

O vous qui avez reçu le livre de la loi, pourquoi couvrez-vous la vérité du mensonge ? Pourquoi la cachez-vous quand vous la connaissez ?