Page:Le Dantec — L'Athéisme.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



DEUXIÈME PARTIE

CONSÉQUENCES HUMAINES DE L’ATHÉISME



CHAPITRE III

Conséquences sociales.



§ 17. — OPINIONS DE VOLTAIRE ET DE DIDEROT.
EXPOSÉ DU PROBLÈME

Dans son dictionnaire philosophique, Voltaire se demande, après Bayle, si un peuple d’athées peut subsister : « Il me semble, dit-il, qu’il faut distinguer entre le peuple proprement dit et une société de philosophes au-dessus du peuple. Il est très vrai que, par tout pays, la populace a besoin du plus grand frein, et que si Bayle avait eu cinq ou six cents paysans à gouverner, il n’aurait pas manqué de leur annoncer un Dieu rémunérateur et vengeur. Mais Bayle n’en aurait pas parlé aux