Page:Le Goffic - Poésies complètes, 1922.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Où toute clarté s’est éteinte,
Vous croirez qu’une cloche tinte
Pour annoncer votre retour…