Page:Le Grand Albert - La Vie des Saints.djvu/100

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Hermitage, pour se reconmander h ses prieres & reeex’oir guerison de leurs infirmitez; ce que royant saint Gorentin, son Maistrc, il se retira, pour quelques jours, plus avant en la forest procbainc, &, hce que son absence ne causast qnelquc petite liberr6 it ses 6colliers, il 6tablit Fun d’eux, qu’il jugea plus propre, pour les gouverncr & soigner lents necessitcz.

VI. Ces 6colliers, esians allez nn jour se recreer sur la Montague, le soil- approchant, leur gonverneur les voulant ramcrier, !’un deux, au lieu d’obeir, ainsi que saint Gorentin luy ax, oit enjoint, se prit a confir, joaer & folastrer pitts qu’auparavant; ce qtti ne demeura pas sans punition; car, cornroe il continuoit ’h sauter & folastrer, il se rompit tout net une cuisse & rut remport6 au logis, fort tourrecur6 de sa blessure. Saint GuennoI6, prenant piti6 tie son affliction, entre dans l’Oratoire, avec ses compagnons; &, ayant pri6 Dieu d’une grande fervent, s’en rctourna vers le patient, &, ayant inprim6 du doigt le signe de la Croix sur la fracture, le prit par la main, Iuy disant: Mort Frere, au nora de Diett Tottl-Pttissant qti l’a cre de rietb Icrc lo.t ! el viens qttant el notts ea l’Oraloire chunlet ses loiianges. Aces paroles, l’autre se lex’e sur bout sain & dispos, remerciant Dieu & S. Guenno16, qui, pour reconpense, l’obligea ’A ne manifester cette guerison miraculeuse pendant sa x, ie; ce que l’autre lay promit. Une autre lois, un de ses condisciples, nomm6 Thethgonus, s’estant endormy sur son lix-re en un chinrip, fur mordu d’un Serpent; le yenin s’6eoula incontinent par tout le corps, qui s’enfla gros & dexqnt tout noir & plomb6; S. Guenno16, ayant compassion tle ce pau;’re Enfant prest ’A nourir, fait le signe de la Croix sur la tanicrc du serpent, lequel sortit hots & crex’a tout sur le champ, & depuis ne s’est trouv6 en ce canton 1 telle espece de serpent; puis, ayant oinct & frot6 la motsure d’huile saint, le yenin d6eoula goute l goute & le jeune hornroe fur entierement guery.

VII. Ayant atteint l’age requis, il prit les saints Ordres successivement; puis, estant Prestre, se royant trop importun6 du monde qui le x, enoit x’isiter, il recent la benediction de son Maistre, S. Gorentin, &,avec quelques autres jeunes hommes, s’embarqua h la eoste de Cornoaaille & se rendit en une Isle dans l’Ocean, appel16e l’Isle de Seins, o il demeura quelque temps; &, tronYant ce lieu incommode pour son sejour, il resolut de s’en retourner en terre fcrme; nais n’ayant pas de xaisseau, d’antant qu’il aoit laiss6 d6river celuy qu’il avoit lfi amen6, il ne s’estonna de cela, tins se mir cn priere, puis frappa la lIer de son hourdon; &, ayant exhort6 ses Confreres /t le suiYre, marcha dessus aussi fermement que si c’eust est6 un Roeher, & se rendirent tons en terre ferme, puis l’Hermitage de S. Gorentin, lequel il n’y trouxerent pus, ayant est6 eramen6 par force Kemper, par commendement expr6s du Roy Grallon, suppli6 par le Parlement du Royatone de faire 6riger le Corot6 de Corno(taille en Ex’esch6, & en pourvoit saint Corentin. S. Guenno16 alia & Kemper trouver son bon Pere & Maistre, ot le Roy le recueillit fort graeieusement, & luy eommuniqua la requeste unanime des trois Estats de son Royaurae, le suppliant de vouloir honorer de sa presence l’Ambassade quesa Majest6 se disposoit fi enxoyer & Tours vets l’Archexesque saint Martin, pour faire sacrer saint Gorentin EYesque de Cornouaille, & obtenir son congé pour fonder deux Monasteres de Religieux.

VIII. Saint Guenno1é s’y accords ais6ment, pour le respect de S. Gorentin & du Roy; &, ayant receu les Lettres de ereante de sa Majest6, pattirent de Kemper saints Gorentin, Guenno16, Jacut, Tugdin & deux grands Seigneurs avec leur train & 6quipage bien fourny. Arrivez i Tours, ils allerent saltier le saint Archevesque, lequel les receut benignement, &, apr6s quelques saints discours & colloques spirituels, leur donna auditnee. Les Ambassadeurs, ayans harangu6, presenterent les Leftres du Roy, Iesquelles lees, il donna jour pour la consecration de saint Gorentin, lequel, avec ses trois compagnons, logerent au Monastere de l[armoutiers tout le temps qu’ils furent ,’i Tours. Le jour