Page:Le Nismois, La Tunique de Nessus, 1900.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 17 —


la jouissance s’accéléra chez Stanislas et il déchargea soudain, tous les deux se traînant convulsivement sur l’herbe et s’affolant dans la sensation.

L’ondée ne cessait pas et elle jouissait de son côté, dans une radieuse expression de visage, balbutiant :

— Mon petit homme, mon petit homme, reste bien dedans, tout entier.

Il répondit, la bouche collée sur sa nuque :

— Tu me serres, mon adorée, à me faire sortir tout ce que j’ai dans le corps.

Le spasme cependant s’arrêta, ils demeurèrent quelques instants immobiles, savourant la possession de la femelle par le mâle, le cul toujours enfilé et ne rendant pas encore la liberté au membre enculeur.

Elle murmura :

— Dis, et de l’eau.

— Il doit bien y avoir un ruisseau par là !

— Va voir, pendant que je reprendrai mon sang froid.

Il retirait la queue ; il fut vite reculotté, disparut derrière la clairière et ne tarda pas à trouver un petit ruisseau qui serpentait sous les arbres ; il accourut la chercher et l’aperçut, le