Page:Le Nismois - L’Armée de volupté, 1900.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 60 —


rencontrée au Jardin de Paris, au Moulin-Rouge, à l’Américain, eh bien, répondez donc ?

— Je caressais une autre femme, encore ta ressemblance, celle-ci a la chevelure d’un roux vénitien, plus grande que toi.

— Ah, mon ami, mon ami, il était temps que j’aie pitié, vous couriez le risque de perdre la raison. Ma ressemblance partout ! Ah mais, ah mais, vous n’êtes pas mal bâti ! Et cela… a-t-il bien pleuré au bal ?

— Sangloté, mon adorée, sangloté, une inondation !

— Vrai, auriez-vous eu la sensation ?

— Il eût fallu être de bois pour ne pas l’éprouver.

— Rien que pour m’avoir… palpée à travers les vêtements !

— Je devinais ta splendeur.

— Ah ! Et maintenant, si nous valsions ainsi tous les deux !

— Oh non, il y a mieux !

— Je ne veux pas encore ce mieux.

— Le piano ne joue plus.

— Il va jouer.