Page:Le Parnasse contemporain, III.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Vous absorbez sans fin par vos canaux étroits
Tous les rêves épars de la vie éperdue ;
Et vous en secouez la nuit l’immense poids ;

Et les rêves encor tombent de vous, ô bois !