Page:Le Parnassiculet contemporain, 1872.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 6 —

poils avec un volume de vers nouveaux présentés par eux au public comme l’expression de la poésie contemporaine [1].

Une demi-douzaine d’autres poëtes, à bon droit scandalisés d’une si énorme prétention, ont voulu ramener à plus d’humilité leurs frères en Apollon, en leur démontrant que les premiers venus pouvaient accoucher d’une aussi petite souris qu’eux, sans pousser les mêmes cris de montagne en mal d’enfant.

D’où les neuf ou dix pièces de vers qu’on va lire, toutes aussi remarquables par leur beauté que par leur incohérence, et la critique la plus fine, la plus ingénieuse et la plus probante du gros volume dont elles sont l’exacte photographie.

En outre, l’éditeur du Parnassiculet contemporain, étant de ceux qui pensent qu’il n’y a pas de petit détail et que tout importe en matière littéraire, a voulu initier le public aux multiples incidents de la parturi-

  1. Nous écrivons trente au lieu de trente-sept, désirant mettre en dehors de notre critique quelques anciens ― Pourquoi diable en sont-ils ! ― Que les enfants de chœur fassent la cabriole derrière l’autel, passe encore ! Mais des chanoines !