Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


beaucoup d’autres organisations de l’ancien régime. En l’absence de moyens réguliers d’émigration, les jeunes ménages, sortant des familles-souches, n’ont pas toujours un emploi suffisant de leur activité ; et, d’un autre côté, un sentiment respectable de dignité personnelle les empêche souvent de rechercher au loin les conditions de domestiques ou de salariés. Il en résulte une tendance trop prononcée pour le célibat, et, par suite, une certaine exagération du principe de communauté. En résumé, dans ce régime, le bien-être et la moralité des populations reposent trop exclusivement sur la communauté et l’esprit de tradition tandis qu’en Angleterre et aux États-Unis, grâce aux mœurs et à l’aide d’un système régulier d’émigration et de défrichement, les mêmes avantages ont aussi pour base l’indépendance individuelle et le libre essor de l’activité humaine.

§ 34

SUR L’ANCIENNE ORGANISATION SOCIALE DU LAVEDAN

Les paysans trouvaient dans l’ancienne constitution sociale beaucoup plus de facilités qu’ils n’en ont aujourd’hui pour donner un caractère stable à la petite propriété, et pour assurer la transmission intégrale des biens de famille. En